• Comte Charles de Castries - rappel biographique

    La Rédaction

    Comte Charles de Castries - rappel biographique

     

    Charles de Castries est une personnalité mondaine et demeure un représentant au caractère original et unique de la grande noblesse française et en même temps du milieu parisien huppé des décennies 90-2000. Il était un habitué des plateaux de télévision depuis peut-être la fin des années 80 et certainement depuis le début des 90 car il apparaît déjà en 1991 dans des émissions consacrées à « la noblesse » (2) en ces années où la télévision était friande de ce type de sujet qu'elle confondait si volontiers avec la  jeunesse dorée.

    Surtout, il était le seul cultivé de sa génération parmi les personnalités mondaines qui apparaissaient à ce moment.

    Il est l'auteur de plusieurs ouvrages remarqués, qui mettaient en relief son humour acéré et grinçant. Ces livres, dont nous retraçons le détail en deux autres articles, avaient bénéficié de deux éditions, parfois de trois.

    L'un de ces ouvrages, Règlements de comtes, avait fait dire à un grand magazine lors de sa parution : « Charles de Castries est-il le mouton noir de la noblesse ? ». Il répétait à qui voulait l'entendre, dans les nombreux articles de presse dont il bénéficiait, que « lorsqu'on est noble on ne vit pas forcément dans un château ». Et annonçait qu'il occupait une chambre de bonne.

    Il faisait partie de la joyeuse bande des années 90 où l'on retrouvait par exemple Hermine de Clermont-Tonnerre, Hélène de Yougoslavie ou Rixa d'Oldenbourg. Par la suite les relations au sein  de cette équipe d'amis s'étaient peu à peu dissoutes.

    Un autre versant, peut-être moins réussi avait été de s'instituer une sorte d'arbitre dans les occasions toutes choisies offertes par l'actualité. Il avait ainsi contesté le prince de Haynin, alors l'une des grandes vedettes de Skyrock (1), au sujet du titre qu'il portait. Il n'épargnait personne, puisqu'il avait récidivé plus tard avec sa cousine, Hermine de Clermont-Tonnerre, contestant auprès de qui voulait l'entendre le titre de cette célébrité mondaine. Le style de certains chroniqueurs occasionnels de la presse ou apparus dans l'univers télévisuel avec une étiquette mondaine un peu décalée, comme celui d'Emmanuel de Brantes, ne recueillait pas son approbation (5).

    Il critiquait aussi, et là, il avait raison, l'ANF (l'Association d'entraide de la noblesse française) : « ils prétendent imposer certaines règles, mais ils ne se les appliquent pas à eux-mêmes... »

    Par ailleurs il portait un regard très critique en général sur les aristocrates d'aujourd'hui.  Dans un tout-autre domaine qu'il ne faut pas confondre avec le milieu précédent il jetait sur la Jet-Set de ces années-là un jugement très négatif. 

     (...)

    Au fond, il réfutait son siècle, et le sien était le Grand Siècle. Mais un siècle qu'il vivait aujourd'hui.

    Il aimait rappeler les grands débats moraux du siècle de Louis XIV, surtout, celui de la vertu, et lorsqu'il les évoquait, on ressentait ce siècle, l'on croyait s'y trouver.

    De Louis XIV, pour lui le plus grand des rois, aux critiques à l'égard de ce monarque il répondait : « Peut-être... mais avec Louis XIV, quel prestige ! La France n'a jamais été placée si haut, auprès de tous les pays d'Europe ! »

    Il appartenait à la maison de Castries, l'une des plus illustres de la noblesse française.

    Son quartier était celui de la rue de Lille où fut longtemps son domicile, dans ce quartier qui fut toujours celui des Castries.

    Il s'intéressait à la généalogie, mais ne l'appréciait vraiment que dans sa dimension rapportée à l'écrin de l'Histoire, ce qu'il appelait la généalogie sociale. (3)

    Son principe était la res publica, et il considérait la République comme l'héritière de la monarchie. Ce qui en découlait naturellement, était son attachement aux Princes d'Orléans. Il s'était attaché au Comte et à la Comtesse de Paris aujourd'hui défunts, et il était un fidèle et un proche de l'actuel Comte de Paris, Duc de France, et spécialement, du Duc de Vendôme.

     

    Charles de Castries connaissait Paul Wermus, qui l'avait déjà interviewé quelques années plus tôt, dans VSD, et c'est l'explication de cette émission de 2012 : Paris Wermus / Paris Cactus, animée par Paul Wermus et Charlotte Savreux, avec entre autres le Comte de Paris, Gonzague Saint-Bris, Charles de Castries, Clémentine Portier-Kaltenbach, Philippe Delorme, une émission que Royauté-News avait relatée. [ Clic ]

     

    Il repose dans la sépulture qui est celle de presque tous les Castries depuis deux siècles (4), à La Norville. Il a fait cette blague de tirer sa révérence dans la fleur de l'âge sans doute pour mieux nous surveiller d'en-Haut. Ne doutons pas qu'il le fasse, et nous observe de son regard scrutateur ombré d'humour, comme un peu goguenard mais cependant bienveillant.

     

    Lire aussi nos deux articles consacrés à ses livres  [ Clic ! ].

     

    1. Skyrock, la super radio

    2. Charles de Castries par exemple avait été invité de Jean-Luc Delarue dans l'émission Vis ma vie, sur le thème Aristocratie, noblesse : cadeau ou fardeau? en 1999.

    Il avait participé en 2000 à Vie privée, vie publique, de Mireille Dumas sur le thème « Fric : Secret et transparence », et à l'émission On a tout essayé, de Laurent Ruquier, en 2002 en compagnie de Paul Belmondo et de Nicoletta. Puis à nouveau, à Vie privée, vie publique en 2006 sur le thème «La famille pour le meilleur et pour le pire».

    Il avait été invité par Stéphane Bern dans l'émission Secrets d'Histoire, le 25 Novembre 2007, consacré à la Pompadour. ( 20 juin 2017 )

    Il avait été invité sur Europe 1 le 10 juin 2008 dans l'émission de Pascale Laffitte-Certa, Oser le faire, « Aristo et attachée de presse dans le X » avec Marie-Laurence de Rochefort. ( 20 juin 2017 )

    3. Passage ajouté le 12 Juin 2017

    4. Nous avions écrit trois siècles par erreur.

    5. Précision ajoutée le 7 Juillet 2017

     

    Cet article pourra être amélioré.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :