• BD : Harkis - Philippe Gloglowski ; Patrick de Gmeline

    Harkis ; Fidélité et abandon - Philippe Gloglowski ; Patrick de Gmeline

    Préface, Jeannette Bougrab ; Postface, François Meyer ; Coloriste, Vittorio Leonardo ;

    Triomphe ;  30 juin 2018 ;  à partir de 16 ans ;  15€90.

    Présentation officielle : Fondés en 1955 et recrutés massivement pour combattre le FLN, les supplétifs musulmans héritent d’une longue tradition de service des autochtones dans l’armée française. Mais fait significatif de l’époque, l’un des 1ers recruteurs des harkis est le FLN lui-même qui massacre impitoyablement tous ceux qui ne veulent pas rejoindre les katibas. Connaissant parfaitement le terrain et les hommes, les harkis s’avèrent indispensables dans la contre-guérilla qui sévit en Algérie en ces années. Mais l’ombre de l’incertitude plane sur leur avenir après la guerre : on leur promet une part importante dans la nouvelle Algérie pacifiée… Quand les négociations d’Évian commencent, les pieds noirs sont déjà bien différenciés des harkis. Pour le malheur de ces derniers ! Ils sont en effet considérés comme des traîtres par les nouveaux arrivants au pouvoir qui sont les anciens rebelles qu’ils avaient combattus. En effet, en 1962, leurs exécutions commencent, sous les yeux de l’Armée française qui n’intervient pas.

    Par peur des représailles, les harkis veulent se réfugier en France. Mais très peu réussissent à partir ; ceux qui restent sont discriminés et, pour la plupart, assassinés par leurs compatriotes. De son côté, le gouvernement français s’oppose à toute initiative personnelle des officiers qui tentent rapatrier leurs soldats en France. Ceux qui débarquent en métropole malgré cela sont parqués avec leurs familles dans des camps.

    Leur réhabilitation dans la politique française a pris du temps mais ils sont aujourd’hui reconnus et hommage est rendu à leur sacrifice. Cette BD participe à honorer la mémoire de ces soldats abandonnés par la France après l'indépendance de l'Algérie.

    Le commentaire de RoyautéNews : On parle beaucoup des Harkis en ce moment : remise de la Légion d'Honneur à quelques Harkis, un fonds de 40 millions d'euros - jugé ridicule par leurs représentants - exposition nationale... C'est tout à l'honneur de ceux qui, aujourd'hui, rendent hommage publiquement aux Harkis, alors que jusqu'ici, les gouvernants les ont ignorés - tout en recherchant leur vote lors des campagnes électorales - voire, injuriés par certains personnages en poste.

    BD :  Harkis - Philippe Gloglowski ; Patrick de Gmeline


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Catoneo
    Mardi 25 Septembre 2018 à 22:20

    Je crois, pour avoir vécu ce temps, que "la France" n'a pas refusé le rapatriement des harkis désarmés. Bien des officiers ont pris sur eux de les embarquer contre l'avis des gardes mobiles sur le quai.

    C'est la chaîne de commandement gaulliste qui s'est acharnée sur eux afin de respecter à la lettre le texte des accords d'Evian, bien que remontaient par le fil du renseignement des informations sur le commencement d'exécutions.

    Ces gens du pouvoir gaulliste n'étaient pas la "France" mais des crapules. Il eut suffi de poser la question à Hélie de Saint-Marc pour en être sûr.

    Il y a deux ans, j'avais évoqué le Bachagha Boualem dans un billet que je me permets de lier à ce commentaire avec la permission du webmestre :

    https://royalartillerie.blogspot.com/2016/03/ces-alg-qui-nous-aimaient.html

     

      • Mercredi 26 Septembre 2018 à 19:32

        Certes ces renégats n'étaient pas "la France", mais à mesure qu'on s'approche de la république, la France, elle, s'est déjà évaporée... erf erf erf

        La chaîne dont vous parlez correspondait à la partie la plus idéologiquement républicaine, saisie dans sa postute hiératique, de l'appareil gaulliste, par définition la plus étrangère aux notions essentielles d'humanité lorsque "des intérêts" sont en jeu...

         

        Votre lien en direct

         

    2
    Catoneo
    Jeudi 27 Septembre 2018 à 12:31

    L'Algérie est arrivée au seuil d'une putréfaction si avancée de son Etat qu'on peut craindre l'effondrement du pays et un tsunami d'émigration vers le monde normal.

    Les tenants de l'Algérie française peuvent dire : tout ça pour ça !

    Plus personne ne se prive de parler du coma présidentiel et de la nomenklatura de prédation, il faut lire la presse maghrébine.

    Dernier article du 360 marocain : Bouteflika

    3
    TR
    Vendredi 28 Septembre 2018 à 17:52

    Hélas les petits Algériens subissent toujours ce bourrage de crâne de "l'histoire officielle selon le FLN", et lorsqu'il leur arrive de venir en France, la haine anti-française généralisée dans notre pays.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :