• Autour du rapprochement turco-russe

     

    Par RN 2

    Pour simplifier, la Turquie était alliée des États-Unis depuis des décennies et faisait partie de l'OTAN.
    EN 2006, des fuites ont révélé que les États-Unis projetaient de lui piquer 20% de son territoire (ainsi que de celui d'autres pays) au profit des Kurdes.
    Tout le monde a fait semblant de croire qu'il ne s'était rien passé, ce qui de la part des États-Unis montre une imprévoyance incroyable, jusqu'à il y a deux ans environ.
    Depuis qu'Erdogan fait montre d'indépendance, les États-Unis se servent d'un mouvement islamiste très bien implanté en Turquie comme aux États-Unis (2) pour préparer un coup d'État, tenté il y a quelques jours/semaines, et qui a échoué. On est bien dans la méthode américaine au Moyen-Orient : remplacer un gouvernement élu, certes pas super démocratique ni sympathique, par des islamistes à première vue inféodés à eux, et par le chaos.
    Je n'aime pas du tout Erdogan. Encore moins que Bachar el-Assad à qui j'accordais le bénéfice du doute (volonté ou non de réformes après la sanglante dictature de son père à laquelle nul ne trouvait à redire).
    Mais je ne souhaite certainement pas à la Turquie de rencontrer pire encore.
    Or, en ce moment, le choix est Erdogan ou le chaos à l'américaine. Il n'y en a plus d'autre.
     
    1. La carte du "Nouveau Moyen-Orient", faisant apparaître un "Grand Kurdistan", dont son emprise turque, a été publiée dans l'édition de juin 2006 du Journal des Forces armées (Armed Forces Journal) sous le titre : "How a better Middle East Would Look" et son caractère de projet réel de Washington a été confirmé par plusieurs éléments.

    Autour du rapprochement turco-russe

    2. Le mouvement islamiste dont les États-Unis semblent s'être servis pour cette tentative, s'appelle Gülen, du nom de son fondateur Muhammed Fethullah Gülen; c'est un ancien allié d'Erdogan mais depuis 2013 ils sont ennemis. Bien sûr Wikipedia les qualifie de "modérés" (selon quels critères?) mais ils ont le soutien officiel des Frères musulmans. Ils ont aussi illégalement financé 200 voyages en Turquie pour des parlementaires américains, mais des fuites y ont mis fin.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :