• Araucanie périgourdine (L')

    Relatif à des événements reliés au Royaume d'Araucanie en Périgord

  • (Communiqué)

     

    Le Royaume d'Araucanie et de Patagonie, par son service de communication, a demandé à exercer son droit de réponse au magazine Le Point afin de rectifier une partie des allégations, informations inexactes, et affirmations gratuites portée dans son article des 6 et 7 novembre 2018, un texte particulièrement tendancieux, publié dans sa rubrique Le Point International par M. Baudoin Eschapasse.

     

    Le texte établi par le service de communication du Royaume, ainsi que par M. de La Garde et par Les Amis de Philippe Alexandre Boiry au titre du droit légal de réponse rectifient des assertions qui impliquent M. Boiry ainsi que M. de La Garde, Successeur du dernier titulaire avant lui, M. Boiry.

     

     Une "certaine presse" s'exprime aussi au sujet de ce qu'elle croît être le Royaume d'Araucanie


    votre commentaire
  •  

    Le secrétariat des organisations émanant du Royaume d'Araucanie et de Patagonie conduit par succession directe et légitime par Philippe Orllie, nous a envoyé le lien d'un article du 6 décembre 2018 sur Le Point International. Le secrétariat qualifie cet article de « composition somnambulique d'un journaliste laissant cours à un indistinct ressentiment » (mais lequel ? précise-t-il).

    Faut-il y voir effectivement un parti pris de la rédaction du Point, ce que nous ne saurions croire, puisqu'avant la conférence organisée par le successeur du Prince Philippe aucun contact n'avait existé entre lui et le magazine, ou plutôt la mauvaise foi d'un journaliste ?

    Ce qui semble étonnant, est que ce journaliste aura joué une partition assez hasardeuse. En général, les organisations qui font l'objet d'une parution ou de mentions dans la presse, ont leur mot à dire pour le moins et c'est même une part essentielle de la déontologie du journalisme. Après tout, rien n'empêche un journaliste de se laisser aller, c'est un travers de plus en plus fréquent dans une société fatiguée, mais d'ordinaire il est exercé par des journaux exploitant la veine "people" très grand public, ou la veine populiste.

    Une mise au point semble plutôt nécessaire même en des temps où la juste information des lecteurs se joue à pile ou face avec une pièce truquée...

    L'article sur Le Point International

    Une "certaine presse" s'exprime aussi au sujet de ce qu'elle croît être le Royaume d'Araucanie


    2 commentaires
  • Archive : exemple d'article délictueux commis par la presse.

    Cet article mensonger fut publié en 2015 par ce journal, La Dordogne Libre. Le successeur du Prince Philippe n'a jamais été roi ni autoproclamé ni proclamé. Les conditions prévues de cet article ont été rompues sans que son auteur ait prévenu l'intéressé, et ses déclarations, purement et simplement occultées. Et monté une histoire invraisemblable. Rappelons que le successeur du Prince Philippe a refusé de porter le titre de Prince d'Araucanie. Peu importe que l'article comporte au moins une chose vraie : M. de La Garde a voulu informer ceux qui s'intéressent au Royaume qu'il est le successeur légal du Prince Philippe d'Araucanie. Le reste n'est que délire de presse.


    votre commentaire
  • Durant les années qui précèdent sa disparition, le Prince d'Araucanie était assez peu entouré.


    votre commentaire
  • La Rédaction

    C'est avec stupeur, et alors qu'une actualité très dense se bousculait autour du Royaume d'Araucanie que nous apprenons la mort de Jean-Michel Parasiliti di Para, qui se trouvait à la tête d'une émanation non reconnue du Royaume d'Araucanie et de Patagonie.

    Royauté-News avait été en relations directes avec lui par un de nos collaborateurs, François de La Garde - auteur des articles relatifs au Prince Philippe de son vivant - qui avait réalisé une interview de lui en 2014, et nous avions été le seul organe de presse à lui consentir une exposition médiatique à une époque où il semblait occuper à juste titre la succession du Prince.

    Très vite, il était apparu que ses orientations ne correspondaient pas à l'esprit du Prince Philippe, cependant qu'il s'entourait de personnages controversés, non issus du Royaume, et qu'il renonçait très vite aux orientations qu'il avait exposées dans notre interview.

    La suite avait été quelque peu délicate avec les membres de son équipe, qui avaient publiquement mis en cause notre site en alléguant un soutien de notre part à Stanislas Parvulesco, qui lui aussi avait été proclamé en Juin 2014 - mais sans aucun droit - "Prince d'Araucanie" - difficultés à l'heure qu'il est toujours non résolues et en attente de justice.

    Il va de soi que Royauté-News ne reconnaît aucune des deux émanations tant du point de vue du droit que comme hypothèse crédible.

    François de La Garde s'exprimera cette semaine au sujet de cette disparition et du déroulement des dernières quatre années qui séparent la mort du Prince et ce décès.

     

    Nous reviendrons dans les heures qui viennent sur la personne de Jean-Michel Parasiliti di Para.

    La biographie que notre site avait publiée. Elle est la seule biographie officielle, en outre qui ne comporte pas d'erreur (1), composée sur les informations fournies à notre collaborateur par Jean-Michel Parasiliti di Para.

    Mort de Jean-Michel Parasiliti di Para

    Jean-Michel Parasiliti di Para, alors Président du Conseil du Royaume, en compagnie de celui qui en était le Chancelier.

     1. La page Wikipedia étant fausse de bout en bout et comportant en outre des absurdités.


    2 commentaires